Historique

L’aide et soins à domicile d’hier à aujourd’hui…

En 1937, la Croix Jaune et Blanche (CJB) est créée sur le modèle des Pays-Bas. C'est à Gand que naît le premier centre Croix Jaune et Blanche. Avant cette date, les soins infirmiers à domicile n'existaient que sous forme d'initiatives locales. Aucune véritable structure n’était donc mise en place. Très vite, d'autres villes telles que Bruges, Namur, Louvain et Malines suivront.

En 1939, la Fédération Nationale des associations Croix Jaune et Blanche de Belgique voit le jour. Sa mission est de coordonner l'activité des différents centres et de donner une impulsion nouvelle à cette forme d'organisation des soins.

D'autres centres sont créés à Bruxelles, Liège et Hasselt, en Flandre orientale et occidentale. Et, en 1943, le siège national est transféré à Bruxelles.

La loi du 28 décembre 1944 instaure l'assurance maladie-invalidité obligatoire. À partir de 1948, certains soins infirmiers comme les injections, les ventouses, les lavements et les pansements font l'objet d'un remboursement à taux fixe par les mutuelles.

En 1948 survient le couronnement de tous les efforts entrepris par la Croix Jaune et Blanche pour développer ses services : le Ministère de la Santé Publique et de la Famille reconnaît officiellement l'association Croix Jaune et Blanche comme service organisé et spécialisé en soins infirmiers à domicile.

Entretemps, Caritas catholica et l'Alliance des Mutualités chrétiennes (ANMC) lancent également des services de soins infirmiers à domicile concurrents à la Croix Jaune et Blanche.

Entre 1945 et 1949, les besoins des familles sont tels que des mouvements associatifs (comme Vie Féminine) s’initient pour répondre à ces demandes non rencontrées par l’entourage. En 1949, ces services d’aide aux familles reçoivent un cadre légal.

En 1963, Caritas catholica, l’ANMC et la Croix Jaune et Blanche se regroupent sous la bannière de la Croix Jaune et Blanche. Celle-ci est pluraliste et respecte les convictions philosophiques et religieuses de tous ses patients. Cette même année, le Ministre de la Santé publique élargit la compétence des services d’aide aux familles. Les services répondent dès lors aussi aux demandes des personnes âgées et des personnes handicapées.

En 1966 naît la revue Contact, alors trimestriel de la Croix Jaune et Blanche.

1989, année du Décret Picqué, Ministre de la Santé de la Communauté Française de Belgique, marque une étape essentielle pour la coordination. Pour la première fois, la mission de coordination est officiellement reconnue et l'articulation du social, du sanitaire et du médical est affirmée comme un objectif fondamental.

1993 - Les asbl Aide Familiale constituent la Fédération Nationale Aide Familiale (FNAF). Elles se rapprochent fonctionnellement des asbl provinciales Croix Jaune et Blanche.

L'année 1995 est marquée par la création de la Fédération de l'Aide et des Soins à domicile avec l'intégration sur le plan national de la Croix jaune et Blanche (CJB) (partie francophone), de la Fédération nationale Aide familiale (FNAF) et de la Coordination nationale des Centres de Soins et Services à Domicile (CCSSD). C'est l'année de la construction d'une véritable entreprise commune !

Les centres d'Aide et de Soins à Domicile (ASD) se mettent en place et rassemblent des services qui jusqu'ici étaient séparés. Le regroupement de ces professionnels en un seul centre ASD, proche des gens et facile d'accès, permet d'offrir au patient l'ensemble des services dont il a besoin. L'objectif des centres ASD est d'apporter aux personnes âgées, malades ou handicapés ainsi qu'à tous ceux dont l'autonomie est réduite mais qui souhaitent rester chez eux, toute l'aide dont ils ont besoin et d'augmenter leur qualité de vie via une réponse globale continue et pluridisciplinaire.

Depuis lors, Aide & Soins à Domicile poursuit son évolution.

En 2007, un nouveau métier de l’aide et des soins à domicile voit le jour : l’aide-soignant.

Entre 2007 et 2009, des textes légaux reconnaissent le statut de la garde à domicile et refondent le rôle et les missions des centres de coordination.

2010 – Aide & Soins à Domicile lance des projets mettant en avant des nouveaux métiers : infirmier de nuit, infirmier de soutien, ergothérapeute, psychologue… Ces projets, plus connus sous l’appellation « projets Protocole3 ») sont soutenus par l’INAMI.

En 2013, Aide & Soins à Domicile développe l’activité de garde d’enfants malades avec le soutien de la Mutualité chrétienne et une collaboration renforcée avec les services de la Fédération des Services Maternels et Infantiles (FSMI).

Un rapprochement s’opère avec d’autres « acteurs du domicile » : Aide & Soins à Domicile accroît ses partenariats avec PSD-Vitatel, Qualias et Solival. Ces derniers adoptent même le logo maison. Une charte graphique commune verra le jour en septembre 2014.

Aide & Soins à Domicile compte aujourd’hui plus de 4.000 travailleurs et apportent quotidiennement à plus 70.000 bénéficiaires toute l’aide et tous les soins dont ils ont besoin pour continuer à vivre sereinement chez eux.